Aujourd’hui je vous parle de mon expérience de naturopathe et maman d’un bébé allergique !

 

Une maman allergique

Lorsque j’étais enfant j’étais allergique à de nombreuses choses (pollens, poils de certains animaux, et au niveau alimentaire : arachide, farine de lupin, moutarde, ail, lentilles…). C’était vraiment difficile (et angoissant pour mes parents dès que je partais, notamment à l’adolescence lorsque j’ai choisi de passer un an au Canada, pays du « peanut butter » !).

Et puis j’ai connu la naturopathie, j’ai changé mon hygiène de vie, et tout s’est amélioré !

Je peux à nouveau manger de tout (sauf la cacahuète et j’ai toujours ma seringue d’adrénaline sur moi en cas de choc anaphylactique), je n’ai plus de soucis au printemps et je peux à nouveau caresser les chats, miaou  !

 

Un bébé allergique

Je savais qu’avec ce terrain (plus celui du papa qui a des allergies respiratoires et cutanées) notre bébé avait des risques d’être allergique aussi..

Et effectivement, vers ses trois mois notre fils a commencé à avoir de l’eczéma, puis à réagir à certains aliments lors de la diversification.

Finalement après observation et tests chez l’allergologue (prick-tests, patchs et prises de sang) il a fallu faire un régime d’éviction (gluten, blé, lait de vache et oeuf.. blanc et jaune !).

Et depuis, effectivement, son eczéma va beaucoup mieux.

Il faut aussi faire équipe avec l’allopathe (allergologue dans ce cas) et se rappeler que l’allopathie est nécessaire dans l’urgence (vive la cortisone, les anti-histaminiques et l’injection d’adrénaline pour gérer l’urgence et sauver des vies !).

Parfois j’ai utilisé des crèmes à la cortisone quand mes solutions ne soulageaient pas suffisamment mon bébé de son prurit intense ( la méga gratouille) !

 

 

Plan d’action naturo :

Je continue :

 

  •  à soutenir son immunité (probiotiques comme pendant la grossesse, vitamine D3, allaitement jusqu’à ses un an en essayant aussi d’éviter de manger trop de blé, gluten et lait de vache)

 

  • à faire attention à son alimentation (renfort en omega 3, éviction des aliments problématiques, lait maternisé de châtaigne, de chèvre ou brebis…)

 

  • à faire attention à son hygiène pour ne pas agresser sa peau ou aseptiser son environnement : bains à l’argile, au bicarbonate de soude, routine très minimaliste et sans allergènes, ménage raisonné et respectueux de sa nature, de ses muqueuses notamment respiratoires (sans tout désinfecter ni utiliser de la javel et produits industriels en aérosol etc.), hydratation de la peau…

Organisation imposée :

Alors oui ça demande pas mal de boulot car il faut prévoir chacun de ses repas (dont ceux de la crèche) en amont, et on ne peut pas lui mettre n’importe quoi sur la peau !

On ne peut pas partir au pied levé en se disant qu’il mangera comme nous au resto ou chez des amis… et on ne peut pas passer dans la première pharmacie pour trouver sa crème pour les fesses !

L’avantage (et la contrainte à la fois) c’est :

  • qu’il faut toujours que je cuisine à la maison tout pleins de légumes (même quand je suis fatiguée et que je mangerais bien une pizza… oui oui ça m’arrive aussi à moi)
  • que mon fils est habitué à ce que les fruits constituent la plupart du temps ses collations (et non pas les gâteaux et biscuits).

De temps en temps je lui cuisine un dessert un peu plus fun (sans oeuf, sans gluten, sans lait de vache) et ainsi je gère la dose de sucre moi-même (en général un fruit sucre la préparation, et ça suffit bien !)

 

 

Une autre vision de la maladie et de la santé :

Je m’intéresse aussi à ce que signifie, pour le corps et l’esprit, l’allergie.

Selon la pensée naturopathique, tout symptôme, tout signe, est une façon pour le corps de fonctionner au mieux, de s’adapter et de s’équilibrer. Même si cela peut être délétère, rien ne se fait sans raison !

Les allergies sont pour certains thérapeutes liées à un problème dans le rapport au monde, à l’extérieur, au besoin de surprotéger… (et oui l’allergie c’est un système immunitaire qui fait du zèle, ou encore un système immunitaire qui n’a pas pu se faire les dents sur des gentilles bactéries et cherche à bosser coûte que coûte, en s’en prenant à de pauvres protéines inoffensives).

Alors il est aussi intéressant d’aller voir du côté des émotions, des transmissions de croyances familiales, des énergies, des angoisses, des histoires personnelles…

Pour notre part nous avons demandé de l’aide à des magnétiseurs, ostéopathes, et je regarde aussi du côté de l’histoire de ma grossesse, du décodage biologique etc.

J’en apprends beaucoup et c’est passionnant ! Je me rends compte qu’il est absolument impossible d’améliorer l’expression/le symptôme tout en renforcant la santé, sans prendre l’humain dans son entièreté (psychologie, physiologie, émotions…).

Actualités :

Si vous avez un bébé allergique (ou si vous vous interrogez sur l’alimentation de bébé en général), le livre de Candice Levy (naturopathe) et Virginie Garnier (photographe ) sur l’assiette de bébé sort bientôt ! J’y témoigne de mon expérience de maman d’un bébé allergique !

 

 

Crédits : 

Photo de mon fils et moi par @VirginieGarnier pour le livre de Candice Levy