En(quête) de périnée – 1. Introduction

  -  Blog   -  Bien-être   -  En(quête) de périnée – 1. Introduction

En(quête) de périnée – 1. Introduction

Depuis quelques temps je m’intéresse beaucoup à ce que l’on appelle le périnée. J’ai commencé à en prendre conscience pendant ma grossesse.

 

Attention moment pas glamour :

 

Quand bébé a commencé à peser je me suis mise à avoir des fuites urinaires en éternuant, en riant et je pouvais de moins en moins me retenir avant d’aller aux toilettes !  Je me suis dit que c’était le début de la fin… Grosse angoisse…

 

 

J’ai alors consulté individuellement la sage femme qui nous faisait les séances d’haptonomie afin de faire des exercices pour reprendre contact avec ce fameux périnée.

A vrai dire j’aurai du m’y intéresser depuis bien plus longtemps car à ce moment là, avec bébé qui pesait et les hormones qui détendaient tous mes muscles et ligaments c’était pas évident. Mais ça a quand même pas mal aidé.

 

Je reviendrai plus tard sur la méthode

 

J’ai également fait du yoga prénatal avec Bernadette de Gasquet (ou avec une sage femme formée à sa méthode dans son centre), une médecin, prof de yoga, spécialiste du périnée et auteur des best-sellers ‘Abdominaux, arrêtez le massacre” et “Périnée, arrêtez le massacre”.

J’ai pour ma part lu son ouvrage “Bien-être et maternité”.

 

Et puis est venu le jour de l’accouchement. Tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Heureusement bébé est arrivé en bonne santé. Mon périnée lui un peu moins. Pour diverses raisons plusieurs choses pas prévues, pas voulues, se sont produites :

 

  • j’ai du pousser très longtemps très fort sans “envie” (merci la péri) donc sans instinct.
  • en position gynécologique (la plus violente pour le périnée) malgré mes essais dans d’autres positions.
  • l’obstétricien a posé des forceps donc épisiotomie (et pas une petite), heureusement bien recousue et bien cicatrisée.

 

Et puis ensuite suites de couches assez actives : retour chez moi, dernier étage sans ascenseur. Mon mari portait les choses lourdes mais je devais quand même monter mes étages avec bébé et souvent quelques courses. Départ en vacances. Pas mal de marche et de position debout.

 

Bref pas de repos pour mon périnée.

 

Ce qui m’a le plus choqué c’est l’incontinence totale des premiers jours et premières semaines (heureusement on porte des couches pour recueillir tout le sang que l’utérus rejette pour reprendre sa taille initiale). En gros dès que je me levais je me faisais pipi dessus. Retour en enfance… ou voyage vers le futur (angoisse).

 

Et puis je commence la fameuse rééducation périnéale, avec une sage femme libérale, méthode manuelle. Et là stupeur… je n’arrive même pas à contracter quoique ce soit. Il me faut une dizaine de séances pour (re)trouver un peu de sensations et de tonicité mais ce n’est pas encore ça…

 

Alors je me suis fixée comme objectif de tester diverses méthodes pour retrouver un super périnée tonique et souple ! Et surtout de diffuser cette information au maximum afin qu’hommes et femmes puissent prendre soin de leur périnée et que ce ne soit plus un sujet tabou.

Post a Comment